Accueil A la Une Classico guinéen : Pourquoi il ne faut pas rater le choc, HAC-ASK, ce...

Classico guinéen : Pourquoi il ne faut pas rater le choc, HAC-ASK, ce vendredi

840
0

Par Yvon LEROUX, Dakar 

Incontestablement, la rencontre opposant le Horoya à l’AS Kaloum est le match le plus important du championnat national de Ligue 1 de Guinée. C’est un derby qui est aussi le classique du football guinéen.

La raison ? Ce sont les deux clubs les plus titrés du pays. Le Horoya AC a 17 titres et son vis-à-vis de ce soir, lui, a coiffé le championnat d’élite à  13 reprises. Ce choc a perdu son charme ces derniers temps du fait de la domination à outrance du club de Matam. Toutefois, le match de ce vendredi entre le Horoya (3e, 20 points) et l’ASK (7e, 16 points) reste cependant très attractif pour 3 raisons.

Nouvelle audience espérée

Ça n’excite plus un grand public autour de ce classico parce que le vainqueur est connu d’avance. Logiquement, au regard de la forme du moment ce sera le Horoya AC.

Et encore une fois, les Rouge et blanc s’annoncent comme une nouvelle équation pour les Kaloumistes, ce vendredi. Est-ce que l’AS Kaloum a le background nécessaire pour inverser la tendance ? C’est la grosse interrogation.

Visiblement, Kaloum, le fief des Jaune et vert, semble être le plus en ébullition dans la mobilisation.  Cela donne une sensation qu’il y aura du monde au stade même si on ne peut espérer le plein.

Ce sera donc un match dans le match en dehors de la pelouse.

L’ascension en vue de « Mourinho »

Lounceny Mara alias Mourinho, sur le banc de l’ASK, est un des acteurs qui pimente l’avant et après match de ce championnat. Ce n’est visiblement pas le technicien le plus aimé dans la presse à cause de ses nombreuses sorties fracassantes. Pour ce dernier, le Horoya AC avec Lamine Ndiaye, le coach, est un tremplin pour une nouvelle ascension. C’est le buzz en gestation.

Emulation entre les deux présidents

Le Horoya AC et l’AS Kaloum sont des ennemis intimes. Il en est de même du côté des deux présidents. Un succès est perçu comme l’expression de la suprématie financière dans la bataille des Présidents. Pour l’heure, il y a un semblant de réconciliation entre les deux. Cela est loin d’étouffer la rivalité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici