Accueil A la Une Aliou Cissé ne lui a rien garanti, Khadim bosse comme un forcené

Aliou Cissé ne lui a rien garanti, Khadim bosse comme un forcené

241
0

Les observateurs sont inquiets de l’intensification et du rythme élevé à l’entrainement de Khadim Ndiaye pour être utile à Aliou Cissé, Sélectionneur national du Sénégal dans la perspective du Mondial 2018.  La raison? Toutes les places chez les Lions sont à prendre.

Aliou Cissé a laissé entrevoir son inquiétude, dans la presse, concernant la performance de ses gardiens de buts. «C’est vraiment un cas, qui m’inquiète, énormément. Avec Tony Silva, on ne cesse d’en parler», a martelé le technicien dans la presse. La situation est compliquée, mais pas dramatique.

Il y a une lueur d’espoir. «Il n’y a que Khadim Ndiaye, qui joue avec le Horoya AC et Pape Seydou Ndiaye, avec le Jaraaf. Le reste, c’est un peu plus difficile», précise-t-il.

Malgré le fait qu’il ne soit pas, directement, indexé dans ces remarques, le portier du Club guinéen ne veut pas verser dans l’euphorie. «Je ne suis pas sûr d’être du Groupe des Lions qui ira au Mondial en Russie», confie-t-il, souvent, à la presse, histoire de dire qu’il doit, forcement, gagner sa place. Et, Aliou Cissé ne lui a rien garanti.

A cet effet, l’ancien portier du Jaraaf de Dakar  se défonce, non seulement, dans les séances d’entrainement du Club champion en titre de Guinée, mais aussi avant et après ces séances. «On n’a jamais vu Khadim Ndiaye bosser autant à l’entrainement. Il est le premier à être au terrain et le dernier à le quitter. Il a élevé son rythme. C’est tout bénéfique pour le Club. Mais à force de cumuler les efforts, c’est un  risque», s’inquiète un confrère guinéen, lors du passage du Horoya AC à Dakar, pour affronter Génération Foot en match-retour des 16es de finale de la Ligue des Champions.

En Club, Kadim Ndiaye a deux préparateurs spécifiques

Le Horoya AC est très satisfait de Khadim Ndiaye, qui le représente au sein de la Sélection sénégalaise. A cet effet, dit-il, Mbaye Touré, le chargé des recrutements des Rouge et blanc, club d’Antonio Souaré,  a le devoir moral vis-à-vis du Sénégal, pour rendre son portier compétitif. Pour cela, le club de Matam (ndlr : quartier de la banlieue de Conakry) a mis à la disposition du  natif de Louga,  deux entraineurs. Il s’agit de Kemoko Camara, ancien international guinéen, qui a participé à quatre Coupe d’Afrique des Nations, mais aussi du Marocain, Mohamed Aziz, en même temps préparateur des gardiens du Syli national A. «Kemoko Camara n’est plus à présenter. Mohamed Aziz est un diplômé et a travaillé avec beaucoup de clubs marocains. Ces deux en sont beaucoup pour la performance de Khadim Ndiaye en club comme en sélection», confie-t-il. Notre interlocuteur, qui a fait venir une forte colonie de Sénégalais au sein du Horoya AC, ne s ’inquiète pas pour autant quant au rythme et à l’intensité dans le travail de Khadim Ndiaye. «C’est vrai que c’est un bosseur, habituellement. Mais, il a élevé le rythme de sa préparation pour figurer sur la liste d’Aliou Cissé. C’est une évidence. Et nous sommes très confiants à le voir, ainsi», dira-t-il.

L’inquiétude sur le niveau du Championnat guinéen

«En dépit du fait qu’on joue, régulièrement, et trois fois dans la semaine, dans le Championnat d’élite en Guinée», Mbaye Touré explique «on est convaincu que certains observateurs doutent toujours du niveau de compétition dans notre pays». Pour lui, on se tromperait, en se fiant sur la domination du Horoya AC  en Championnat. «Certes, il y a un fossé entre nous, leader, et nos poursuivants directs (ndlr : il a 8 points d’écart avec le Hafia FC, son dauphin à 20 journées), mais cela ne prouve, aucunement, pas que le niveau est bas. Si c’est le cas, on n’ira pas loin en Afrique. Mais nous y sommes et fréquemment. Aussi, il faut savoir que le Horoya AC est un club professionnel. Et nous avons aussi un entraîneur expérimenté», a-t-il analysé.  Et de promettre que : «Khadim Ndiaye fera mentir beaucoup d’observateurs qui s’inquiètent du niveau du Championnat guinéen ».

Le sac des Lions, la superstition

Khadim Ndiaye vit, déjà, le Mondial. Ses comportements en club ne passent pas inaperçus et attestent de sa détermination et sa volonté. «Il arrive à l’entrainement avec la musique sénégalaise a fond. On est obligé d’écouter le Mbalax», renseigne-t-il. Depuis que l’équipe sénégalaise s’est qualifiée au Mondial 2018, l’ancien portier de la Linguère se distingue au regroupement. «Les joueurs ont une dotation en équipements, mais depuis quelque temps, Khadim Ndiaye se présente toujours avec le sac de l’équipe nationale du Sénégal. Ça se comprend», a-t-il révélé.

Issiaka TOURE (SOURCEA)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici