Accueil A la Une SYLI : Ibrahima Traoré, ange et démon du vestiaire

SYLI : Ibrahima Traoré, ange et démon du vestiaire

1324
0
Après leur precedent, Didier Six sera très attendu, ce samedi, sur la question Ibrahima Traoré.

Par Yvon LEROUX, Dakar 

Après sa brillante performance à la Can 2015 avec la Guinée, Ibrahima Traoré n’est plus cette étoile scintillante. Il est mal en point à M’Gladbach, son club et en sélection son étoffe du capitanat  semble lui être en démesure.

Des charges de perturbateur planaient sur sa tête mais très peu de gens croyaient à ces allégations. Parce que sur le terrain et devant les écrans, Ibrahima Traoré (31 ans, 61 Kg) reflète ce meneur d’hommes exemplaire avec les mots adéquats pour  remobiliser.  Aussi, bien qu’en manque de temps de jeu, l’international guinéen ne s’est jamais économisé sur le terrain dans un match du Syli. C’est son côté angélique très apprécié. Mais, il traîne des casseroles dans les vestiaires de l’équipe de Guinée.

Pyromane et pompier

À l’usure du temps, l’opinion s’est rendu compte qu’il était pyromane et pompier au sein du vestiaire du Syli. La Can 2019 a dévoilé le réel comportement d’Ibrahima Traoré inapproprié à ses prérogatives de capitaine de l’équipe.

Dix mois après cette compétition éclaboussée par les frasques, de corruption et d’un supposé racket de Paul Put alors sélectionneur, les masques de l’attaquant grand coiffeur de M’Gladbach sont tombés.

Il est presque à l’origine de tout le bordel causé dans le vestiaire du Syli qui a impacté la performance de notre équipe nationale en Egypte.

Paul Put a alerté mais…

Pourtant, Paul Put a attiré l’attention d’Antonio Souaré, président de la fédération guinéenne de football, en pleine compétition, pour observer le comportement de son capitaine. « J’avais dit au Président que Traoré n’était pas correct », a-t-il expliqué à Amadou Diaby dans un échange téléphonique enregistré à l’insu de ce dernier.

À la base, ce message, était  pour réveiller Souare afin d’ouvrir un œil sur les faits et gestes du joueur. Mais, le technicien belge était déjà englouti dans un complot infernal cousu de toutes les pièces par le natif de Villepinte.

Pire, le capitaine a témoigné contre l’ancien sélectionneur du Faso soutenant la thèse du racket  des joueurs alors qu’il n’a pu prouver ses allégations.

Souaré a mordu à l’hameçon

Amadoué par Traoré, Antonio Souaré, président de la Feguifoot avait gobé les idioties du joueur pour ne plus croire à Paul Put.  « Tu trouves normal qu’un Président de la fédération qui vienne avec trois ou quatre joueurs autour de moi (Paul Put) pour donner une composition de l’équipe. Et je remarque que c’est un autre système avec  une équipe composée des amis de Traoré.», s’est-il plaint. C’est plus tard que l’on a appris que le capitaine du Syli appelle affectueusement Mr Souare, « tonton ». ça en dit long sur le libertinage du protégé.