Accueil A la Une SYLI : déçu, Fodé Koïta ne veut plus se mettre la pression

SYLI : déçu, Fodé Koïta ne veut plus se mettre la pression

3852
0
L'attaquant international franco-guinéen, Fodé Koita est sollicité par Besiktas pour renforcer sa ligne d'attaque.

Par Nourdine Soumah, Conakry

Au Maghreb la presse écrite a déposé sa plume à cause  du coronavirus. Ce n’est pas le cas de l’audiovisuel qui se distingue par un travail à distance. En France notamment à Canal+, certaines émissions sportives se déroulent en téléconférence. C’est dans cette circonstance que Fodé Bangaly Koita est intervenu dans l’émission les Onze d’Europe. Prétexte pour l’international guinéen d’étaler sa frustration à l’issue de la Can 2019 et sa décision vis-à-vis du Syli (ndlr : équipe nationale de football de Guinée).  

Dans un groupe composé à l’anarchie et sans l’accord du sélectionneur d’alors, Paul Put, sur certains joueurs, Fodé Bangaly Koita n’a pu convaincre pour se fondre dans l’équipe du Syli.

Pas dans le plan du technicien belge, l’attaquant de Kassimpasa SK, en Super League turque, était alors obligé d’endosser la posture de joker lors de Can 2019, la plus scandaleuse pour les Guinéens. Ce n’était quand même pas un joker de luxe.

Cette situation a forcément engendré une frustration chez le natif de Paris. Et même si, les rumeurs à l’époque révélaient le comportement désagréable du joueur, ce dernier n’a jamais exposé les secrets des vestiaires dans la presse.

Dix mois après cette compétition remportée par l’Algérie, Fodé Koita, qui n’avait grignoté que quelques poignets de minutes de temps de jeu, a profité de l’émission Onze d’Europe pour revenir sur cette campagne qui restera la plus mauvaise Can des Guinéens.

Déçu du choix du sélectionneur

« Beaucoup de frustration. Forcement en tant que compétiteur, on veut jouer, on veut aider son pays, on veut mettre ses qualités à la disposition de l’équipe. J’en suis sûr, j’étais persuadé que je pouvais apporter quelque chose à cette équipe là (Syli) malgré que l’entraineur en a voulu autrement. J’accepte, même si je ne suis pas content. »

Les réalités au sein du Syli

« Je ne suis pas satisfait. Encore une fois, le collectif était le plus important en ce moment-là. En sélection, il y avait pas mal d’appréhension, pas mal de discussion autour de ce sujet là, mais, j’ai accepté de venir jouer. J’assume mon choix et j’ai pris du plaisir. C’est une expérience à 27 ans après mainte frustration. »

La décision vis-à-vis du Syli

« Ce n’est pas seulement de la frustration, mais la décision de se concentrer sur son club… Mon objectif, c’est d’être performant en club. Le seul objectif que je mets en tête, c’est d’être performant en club, marquer plus de buts possibles pourquoi pas,  avoir un club plus prestigieux, et avoir une possibilité de voir ailleurs. Encore, une fois, mon seul objectif que j’ai aujourd’hui, c’est d’être performant et le reste viendra automatiquement.»

Plus de pression inutile  

« Je ne me mets plus de pression. Je ne me mets plus ce genre de truc en tête parce que j’ai été déçu. Je n’ai pas envie de l’être une deuxième fois. Je pense qu’aujourd’hui le foot se passe chaque week-end pas à attendre une compétition qui arrive dans un an (ndlr : il fait allusion à la CAN). Je reste concentré sur mon club. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici