Accueil A la Une PÉROUSE : Amara Konaté, la chance d’un champion

PÉROUSE : Amara Konaté, la chance d’un champion

2648
0
Amara Konaté sous les couleurs de Perouse en Série B en Italie

Par Yvon LEROUX, Dakar 

Débarqué en Italie à bord des bateaux de fortune, comme beaucoup d’immigrés, en Italie précisément dans la ville de Pérouse où il a déposé ses baluchons, Amara Konaté a forcé l’admiration par son talent de footballeur. L’agent-éclaireur Antonio Altrui lui a guidé pour se peaufiner progressivement.

L’immigration offre très peu de chance, aujourd’hui, aux migrants de surcroît les jeunes Africains pour s’en sortir dans les pays d’accueil eu Europe. C’est sur un fil que les plus bénis se frayent un chemin pour éviter les camps de réfugiés pour réaliser leurs rêves.

C’est le cas d’Amara Konaté qui a réussi à se faire un trou dans le monde doré du football italien. Dans son pays d’origine, le jeune Guinéen n’a jamais  pu réaliser son rêve d’enfance qui est de devenir un footballeur professionnel. Il a vécu ces 18 ans dans l’utopie d’un sentiment qui l’animait pour croire qu’il se fera compter parmi les talents au service du pays. En vain.

Le bout du tunnel après 3 ans en Italie

C’est à 21 ans qu’Amara Konaté vit les prémices d’un avenir qui pourrait radieux. Pour écrire les premières lignes de cette belle histoire qu’il s’apprête à vivre, il s’installera dans la ville de Pérouse où il a fait ses débuts en Série B (D2) en 2018. Un certain Serse Cosmi, le coach de l’équipe, lui a fait confiance pour cela.

Poussé par un agent infatigable

Serse Cosmi n’aurait jamais découvert Amara Konaté si Antonio Altrui, son agent, ne lui avait pas fait la présentation du natif de Nzérékoré. Fasciné par le talent du jeune milieu de terrain (1m80, 68 Kg), cet agent s’est aussitôt donné la mission de polir ce talent brut. « Je m’en suis occupé tout de suite, car il n’avait que son talent sans bornes. », a-t-il confié dans une enquête sur le joueur.

Altrui a, alors, usé de son carnet d’adresses pour introduire le Guinéen dans le football italien. « Au début, je l’ai amené au Real Cassino où ils m’ont conseillé de le faire visionner par des équipes professionnelles. Je l’ai donc transféré à Pérouse où il a joué pendant quelques mois dans la Primavera, puis j’ai immédiatement atterri dans la première équipe. », a-t-il raconté.

Un prêt d’un an pour se relancer  

Son joueur confronté à un problème d’adaptation à Pérouse, l’agent ne se suffira pas du minimum placé tout simple son joueur dans un club.

Il envisagea alors d’offrir un temps de jeu suffisant à Amara Konaté, capable de jouer des deux pieds : « il a fait un an de prêt à Rieti, jouant une saison folle. De retour à Pérouse, il a poursuivi son extraordinaire voyage à ce jour, grâce également au soutien d’un grand entraîneur comme Cosmi qui continue d’améliorer ses qualités infinies ».

L’ascension en 2 ans

Au-delà de son talent qui force l’admiration, on pourrait imaginer que la seule difficulté pour Amara Konaté dans le périple italien est d’avoir traversé la Méditerranée. Car, tout à été facile pour lui. Il tombe sur un entraineur qui lui fait confiance et un agent prêt à se défoncer pour lui.

Ce fut un coup de foudre pour la rencontre avec l’agent. « Il jouait avec mon fils dans la cour. Le même a immédiatement reconnu ses profondes qualités techniques, il m’a frappé instantanément. Et quand vous voyez un talent inné dans la simplicité d’exécution, cela signifie qu’il est un joueur qui peut donner des émotions non seulement à lui-même mais aussi aux autres »

Pas encore exempt de naïveté

Amara Konaté a des qualités énormes. Il est physique, puissant, dynamique, flexible. Toutefois, le potentiel de Konate, à en croire nos confrères italiens, n’est pas encore exempt de naïveté, surtout au niveau tactique. C’est le prototype du joueur guinéen.

L’école italienne est la mieux appropriée pour corriger cette lacune tactique et technique. À noter que l’enfant de N’Zerékoré  joué 281 minutes avec Pérouse cette saison