HOROYA AC : Koly Koivogui, doublon superflu de Patrice Neveu

Le Horoya AC a glané son premier succès, ce samedi, après s’être imposé sur la plus petite des marques (0-1) devant le FC Platinum, en match comptant pour la 3e journée des phases de groupes de la Ligue des champions africains. Cette victoire vaut son pesant d’or, parce qu’elle permet au club de Matam de parfaire son moral pour la suite.

On peut certes retenir la victoire, mais le Horoya AC , encore une fois, n’a pas rassuré : trop de déchets  techniques, un jeu poussif, une défense aux abois sauvée par le briscard, Khadim Ndiaye dans la cage. Bref, aucun projet de jeu.

Incroyable. Pourtant, il y a deux entraîneurs sur le banc de ce club. À côté de Patrice Neveu, l’entraîneur principal, il y a Koly Koivogui avec un diplôme de licence B Uefa obtenu sous les frais d’Antonio Souaré, mais a accepté de se rabaisser au titre de directeur sportif.

La complicité des deux devrait aider l’équipe à améliorer son jeu et ne pas fonctionner sur les  individualités. Que nenni ! Ainsi, ce qui devrait être la force du Horoya AC est devenue sa faiblesse, c’est-à-dire l’incompatibilité de ces deux techniciens.

Pour l’heure, c’est le technicien français qu’on juge sur le fond du tableau sombre que l’équipe présente à son public, mais le directeur sportif ne peut être épargné aussi. La triste réalité est que ce dernier n’a aucun impact au sein de cette équipe, en tout cas,  il est effacé dans son rôle d’élaboration et de développement du jeu.

Les plus avisés ne comptent, certainement, pas sur cet entraîneur qui s’est fait laminer avec les U23 de la Guinée au tournoi de Toulon en 2016. 

Que du gâchis! 

Yvon LEROUX, Dakar  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *