FODE KOITA (KASSIMPASA, TURQUIE) : « Je suis prêt pour le Syli, si… »

Il n’y a plus aucun doute que Paul Put, le sélectionneur national de Guinée, a établi un contact téléphonique avec Fodé Koita. Mais, l’attaquant franco-guinéen de Kassimpasa en Super Lig turque tient à préciser qu’il n’y a « rien de concret » dans cette démarche du technicien belge d’autant plus que personne ne s’est déplacé pour lui parler d’un quelconque projet pour le Syli. N’empêche, il dit être disposé à rejoindre l’équipe si les dirigeants guinéens mettent la forme dans la pratique. À cœur ouvert, l’ancien buteur de Caen, de Blackburn Rover, de Montpellier…s’est confié à ConakrySports.

Entretien

ConkarySports : Aujourd’hui, quel lien as-tu gardé avec la Guinée en tant que franco-guinéen ?

Fodé Koita : Je suis attaché aux deux pays. Je suis né et grandi en France mais j’ai l’éducation guinéenne. La Guinée est un pays que j’aime  et qui  m’est très cher. J’y vais tous les ans et  à chaque fois que je peux.

ConkarySports : Tu viens souvent en Guinée, j’imagine que tu suis, aussi, de près la performance du Syli ?

Fodé Koita : Mon impression est très positive sur le Syli comme tout le monde. On voit une équipe qui vit ensemble, une équipe avec des talents et forcément quand tous ces ingrédients sont réunis, il y a des résultats. Je suis très agréablement surpris et très content et très fier de cette équipe.

ConkarySports : La Guinée a toujours eu un intérêt pour toi, en atteste les démarches sans suite des précédents entraîneurs. Aujourd’hui, si la Guinée te tend la main qu’elle sera ta réaction ?

Fodé Koita : Pour préciser, il n’y a eu qu’un seul entraîneur qui a fait toutes les démarches pour venir me chercher, c’est Michel Dussuyer que je remercie pour cet intérêt. À l’époque j’étais international espoir français et j’avais besoin d’un temps de réflexion.  Ensuite, il y a eu  Luis Fernandez. Ce dernier n’avait pas mis la forme dans sa démarche. Après tout ce qui a été dit était faux. J’ai été contacté via la presse et pas directement  par un entraîneur qui était venu me voir pour me parler d’un projet. C’était beaucoup de paroles, mais je ne me suis jamais exprimé sur ce sujet.Maintenant je suis prêt à venir en sélection si on me fait appel.  

ConkarySports : Et le nouveau sélectionneur, Paul Put, il t’a contacté ?

Fodé Koita : Tout à fait. J’ai été contacté mais ça reste des discussions. On m’a appelé et on m’a demandé de faire des démarches. C’est vrai que le contact est établi mais  personne ne s’est déplacé encore pour m’expliquer ou  parler d’un quelconque projet.  Des démarches oui, mais rien de concret. Pour la  précision, je n’insiste pas a ce que l’entraîneur se déplace pour moi. Au niveau de la fédération, un membre devrait se charger de cela. 

ConkarySports : Tu tiens donc à ce qu’un membre de la fédération se déplace pour toi ?

Fodé Koita : C’est zéro condition.  Je ne tiens pas à ce que l’entraîneur se déplace.  La moindre des choses c’est de permettre à un membre de la fédération de venir rencontrer mon club. Je pense que c’est la pratique à faire. Toutefois, je reste  à la disposition de la fédération.  

ConkarySports : Est-ce que tu es  conscient que tu es  utile pour la Guinée ?

Fodé Koita : On a une très bonne équipe avec des supers attaquants et un groupe formidable. Je pense qu’on n’a pas besoin de sauveur, aujourd’hui, mais plutôt des joueurs capables d’apporter un plus à l’existant. Si je peux venir pour aider pourquoi pas, je vais apporter mon meilleur. Sinon, l’équipe est déjà bonne, elle n’a besoin de personne. Si quelqu’un peut venir pour l’améliorer d’accord mais pas en sauveur.

ConkarySports : En clair, est ce qu’on peut dire que Fodé Koita est prêt pour le Syli, s’il est convoqué par Paul Put ?

Fodé Koita : Je suis à la disposition, je travaille pour être bien. Je suis prêt pour venir. Il reste deux matchs de championnat j’espère que Dieu me facilitera les choses. Je travaille pour cela. J’essaie d’être le plus performant possible, resté concentré sur mes matchs. Maintenant, je suis prêt si on me fait appel.  

Propos recueillis par Yvon LEROUX, Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *