Accueil A la Une Bobo Baldé, Kaba Diawara…., attention aux cadeaux empoisonnés

Bobo Baldé, Kaba Diawara…., attention aux cadeaux empoisonnés

2884
0
Baldé en compagnie des soutiens

La fédération guinéenne de football a pris une série de décisions, ce jeudi. Il s’agit des nominations des Guinéens à des postes de responsabilité au sein des équipes nationales.

En équipe nationale A : Kaba Diawara et Mandjou Diallo sont respectivement premier et deuxième assistant de Didier Six, le nouveau sélectionneur.

Dans ce staff, Kemoko Camara et Edgard Babara Sylla sont respectivement préparateur des gardiens et intendant. (Voir communiqué de la Feguifoot).

Dans la foulée, Dian Bobo Baldé, alors plébiscité au poste de sélectionneur national, a été nommé  entraineur des U20, un poste vacant. Même si,  elles suscitent la joie chez beaucoup d’observateurs, ces décisions sont loin d’être fortuites. Il y a eu des précédents.

Après les exploits d’Aliou Cissé et Djamel Belmadi, finalistes de la CAN 2019, Dian Bobo et Kaba Diawara ont été vivement imposés aux fédéraux pour gérer le Syli A.

Cissé et Belmadi ont trimé avant…

C’est donc une demande du public  qui a animé Antonio Souaré à céder face à cette pression. Ce fut le cas, lors du dépôt de candidature pour la succession de Paul Put.

Toutefois, Aliou Cissé a accepté de bosser auprès de Regis Bogert à Sedan avant de poursuivre son apprentissage en tant qu’adjoint de feu Karim Sega Diouf alors entraîneur principal des U23 du Sénégal.

Ce dernier a préféré mettre en avant Cissé aux JO Londres 2012, en raison de sa proximité avec les jeunes.  Ainsi, on peut dire que l’actuel coach du Sénégal n’a pas sauté les étapes. Djamel Belmadi aussi est allé apprendre au Qatar avant de reprendre les Fennecs A.

Cela revient à s’interroger sur les parcours de Bobo Baldé et Kaba Diawara dans l’apprentissage du métier. Il n’y a aucune trace. Il est clair donc que ces deux n’ont pas assez d’expérience. Maintenant, ils tiennent l’opportunité de se frayer le chemin dans ce métier. Visiblement, il n’y aura pas d’état de grâce.

Si Diawara doit apprendre auprès de Didier Six, il sera comptable du bilan de ce dernier d’autant plus qu’il est son adjoint. Il en sera de même pour Baldé de faire des résultats. Et, c’est valable pour tous les autres Guinéens nommés à des postes de responsabilité.

La pression est désormais dans leur camp et non sur les épaules de la Feguifoot qui peut enfin bien respirer à travers ces décisions.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici