Accueil A la Une Aly Kader Touré : « nous sommes toujours tributaires de la décision du Portugal… »

Aly Kader Touré : « nous sommes toujours tributaires de la décision du Portugal… »

410
0
Aly Toure, team manager du Syli, a préparé l'opinion sur un éventuel rejet des dossiers des joueurs et des membres par l'ambassade du Portugal à Conakry.

Par Yvon LEROUX, Dakar

Ce samedi, Didier Six, le sélectionneur national de la Guinée, au côté d’Aly Kader Touré, team manager de l’équipe, a dévoilé une liste de 23 joueurs pour les matchs amicaux contre le Cap Vert et la Gambie en octobre au Portugal. Dans un contexte de réciprocité des visas sur l’espace Schengen, la question du voyage des trois joueurs locaux et autres résidents en Guinée a été soumise à l’administrateur. 

Dernièrement lors du déplacement en France et en Espagne pour deux maths amicaux contre les Comores et le Chili, trois joueurs locaux, un membre du staff et autres n’ont pas pu faire le déplacement pour faute visa.

La nouvelle convocation de trois autres joueurs locaux notamment Moussa Camara et Abou Mangue Camara (Horoya AC) et Mohamed Camara (Santoba FC) a suscité l’inquiétude a cause de la réciprocité du visa Schengen imposée par l’Union européenne.

Aly Kader Touré, team manager de l’équipe, chargé de résoudre ce problème a rassuré quant à l’entame des démarches administratives pour l’obtention des visas. « Ils (l’ambassade du Portugal en Guinée) ont demandé beaucoup de documents avant de se prononcer. Je pense que les correspondances  de la CAF et de la Fifa arriveront officiellement le lundi. C’est sur la base de tous ces documents qu’ils prendront la décision. Normalement, la diplomatie portugaise se prononcera entre lundi et mercredi pour les visas des joueurs locaux et le reste de la délégation qui se déplaceront sur le Portugal. », a-t-il informé tout en précisant que les documents seront étudiés au cas par cas.

Aussi, Aly Kader Touré, a peine voilé, a préparé l’opinion sur un éventuel rejet des demandes. « On est à 15 jours de ce regroupement. Nous sommes toujours tributaires de la décision du Portugal ou de l’évolution même de la pandémie du covid-19. Je touche du bois, le Portugal pourrait prendre une décision pour X raison pour limiter son espace à des personnes. », laisse-t-il entendre pour conclure.