Accueil A la Une Allemagne : Pablo Thiam s’attaque à la démarche des fédéraux

Allemagne : Pablo Thiam s’attaque à la démarche des fédéraux

8084
0

Par Yvon LEROUX, Dakar 

Pablo Thiam, le directeur sportif de l’académie Wolfsburg VfL rejette les 3 options proposées par la fédération de football d’Allemagne du Nord pour la reprise de la Régionaliga Nord. Dans la presse locale, il a dit toutes ses vérités.

C’est deux poids deux mesures pour la reprise des championnats en Allemagne en cette période de covid-19. Alors que la Bundesliga se poursuivra le 16 mai prochain, la Regionaliga (championnat semi-professionnel) reste encore soumise à une réflexion.

La Ligue allemande a rédigé 41 pages pour encadrer les conditions d’un retour sur le terrain. Politiciens et dirigeants sportifs se sont accordés pour valider ce dossier. Ils ont pris le temps qu’il faut pour cela. En Regionaliga, la fédération de football d’Allemagne du Nord a envoyé une proposition avec trois options pour gérer la saison interrompue.

Il s’agit de choisir entre des matchs à huis clos, l’annulation et la notation par quotient ou reprendre la compétition à partir du 1er septembre. Le délai pour la décision finale était fixé pour le 7 mai dernier alors que les propositions sont envoyées 3 jours avant.

Pablo Thiam opte pour le temps et s’oppose aux 3 options

Cette démarche  aux allures discriminatoires a été aussitôt critiquée par Pablo Thiam, directeur sportif de l’académie VfL Wolfsburg. Le germano-guinéen a répliqué à ces options 24 heures après aient été proposées aux équipes de sa circonscription.

D’abord, il s’insurge contre le délai qui a son avis est très court : « Nous sommes déjà étonnés du processus actuel… nous devrions décider d’une variante proposée dans les deux jours.».

C’est pourquoi Thiam ne veut cocher aucune des options possibles. Si l’annulation du championnat arrivait à être validée, le club de l’international guinéen va manquer à la montée. « Nous devons rechercher des pourparlers avant de voter sur une question aussi importante », a –t-il décidé.

Plus regrettable pour lui est que « personne ne se soucie de notre opinion pendant des semaines, puis nous avons moins de trois jours pour une réponse. »