Accueil A la Une Fifa-naturalisation sportive : la Feguifoot, inerte et aphone

Fifa-naturalisation sportive : la Feguifoot, inerte et aphone

1821
0
Les membres de la Feguifoot ont échangé, ce mercredi, sur la nécessité de mettre en place les commissions de discipline et de recours lors de la prochaine Assemblée lors du premier trimestre de l’année 2021.

La FIFA sur une initiative de la fédération du Cap-Vert a facilité l’obtention de la nationalité sportive aux jeunes joueurs n’ayant pas joués assez de matchs avec leur sélection formatrice et qui souhaitent s’engager avec une autre association.

Cela va à l’encontre de l’article 8 du règlement d’application des statuts FIFA, lequel restreint la possibilité pour un joueur de changer de sélection quant il a défendu auparavant les couleurs d’une autre en A.

Depuis l’adoption de cette reforme en septembre plusieurs pays à l’image du Maroc s’activent à renforcer leurs équipes par des potentiels binationaux. Sachant qu’elle a besoin d’apporter de la plus-value à son équipe, la fédération guinéenne de football est restée de marbre.

Depuis, il n’y a aucune intention d’aborder une quelconque démarche vers ces joueurs par exemple Mouctar Diakhaby, Sehrou Guirrassy, Joshua Guilavogui et autres. Peut être qu’Antonio Souaré, le président de l’institution, a suivi les délires de Didier Six qui dit fièrement en public qu’il n’obligera aucun joueur à rejoindre l’équipe de la Guinée.

Pourtant, dans son projet, pompé de développement du football guinéen figurait la détection des binationaux. Mis à part sa virée touristique en Espagne pour aller papoter avec le papa de Moriba Kourouma, Didier Six n’a convaincu aucun top joueur.

Rien n’est encore tard. S’il y a nécessité, la Feguifoot est dans le temps pour amorcer les démarches. A cet effet, il faut comprendre qu’un joueur pourrait changer de sélection même s’il a joué un match officiel avec son associa d’origine. Il faudra cependant respecter quatre critères :

  • Avoir joué moins de trois matchs avec sa première sélection.
  • Etre âgé de moins de 21 ans lorsqu’il a été sélectionné.
  • Ne plus avoir été appelé en sélection depuis au moins trois ans.
  • Ne pas avoir disputé de phase finale d’une Coupe du monde ou d’un tournoi continental (Euro, CAN, etc.) avec la sélection en question.

Par Yvon LEROUX, Dakar